Plan de développement des compétences

Plan de développement des compétences

Outil de gestion des ressources humaines, le plan de développement des compétences (ex-plan de formation) regroupe l’ensemble des actions mises en place par l’entreprise pour répondre à ses besoins : renforcement des compétences, accompagnement à la transformation digitale, changements organisationnels…

Quels avantages ?

  • À travers le plan de développement des compétences, votre employeur assure votre adaptation au poste de travail et veille au maintien de votre capacité à occuper un emploi ;
  • l’entretien professionnel permet de connaître vos souhaits d’évolution et d’identifier les actions à mettre en œuvre, dans le cadre du plan, pour vous accompagner dans votre projet.
     
Plan de développement des compétences
  • Type de formation, calendrier de réalisation et salariés bénéficiaires : le chef d’entreprise est libre d’organiser le plan de développement des compétences selon ses besoins.
    Vous êtes potentiellement concerné quel que soit votre contrat : CDI, CDD, contrat de professionnalisation ou d’apprentissage. 

  • Pour quelles actions ?

    Le plan de développement des compétences peut comporter des actions de formation, de bilan de compétences, de Validation des acquis de l’expérience (VAE) ainsi que des actions d’apprentissage. 

  • Quelle mise en œuvre ?

    Le plan de développement des compétences se compose de deux types d’actions :

    • Les formations « obligatoires » (nécessaires pour adapter les salariés à leur poste de travail et veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi) : ces actions sont nécessairement organisées sur le temps de travail et donnent lieu pendant leur réalisation au maintien du salaire par l’entreprise.
       
    • Les « autres » actions de formation (celles ne relevant pas de la première catégorie) : ces actions peuvent avoir lieu :
      • soit sur le temps de travail (avec maintien de la rémunération) 
      • soit en tout ou partie en dehors du temps de travail. Dans ce dernier cas, un maximum de 30 heures hors temps de travail par an et par salarié (ou 2% du forfait pour les salariés concernés) s’applique, sauf accord d’entreprise ou, à défaut, de branche, fixant une autre limite.
         

    À noter : concernant les actions organisées en dehors temps de travail :

    • votre accord est nécessaire et doit être formalisé ;
    • elles ne sont pas rémunérées.

    .

  • à télécharger
    Financements
    Guides
    Passer à l'action
    Passer à l’action – salarié
    Publication
    Certification de Branche
    Textes Légaux