Économie circulaire

Économie circulaire

Vous voici sur la Route RSE (Responsabilité sociale des entreprises). Trois parcours vous sont proposés : 

  • un parcours en toute autonomie grâce à notre sélection d’outils sur cette page, qui vous invitent à l’action,
  • un parcours accompagné grâce à votre conseiller et nos partenaires experts,
  • un parcours collectif en intégrant le Club RSE de votre territoire : plus d’informations sur l’actualité de votre Club RSE.

Notre façon de produire et de consommer doit se transformer pour devenir « durable ». Il est donc nécessaire et possible d’adopter un modèle plus vertueux, avec de nombreux bénéfices à la clé, pas seulement environnementaux.

Que faut-il savoir ?

L’économie circulaire désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources (matières premières, eau, énergie) ainsi que la production des déchets. Il s’agit de rompre avec le modèle de l’économie linéaire (extraire, fabriquer, consommer, jeter) pour un modèle économique circulaire. Retrouvez ici l’engagement de l’Etat : la feuille de route économie circulaire

 

 

L’économie circulaire repose sur 3 domaines d’actions et 7 piliers. 

Les 3 domaines :

  1. La production et l’offre de biens et de services ;
  2. La consommation au travers de la demande et du comportement du consommateur (économique ou citoyen) ;
  3. La gestion des déchets avec le recours prioritaire au recyclage qui permet de boucler la boucle.

Les 7 piliers : 

  1. L'approvisionnement durable : prendre en compte les impacts environnementaux et sociaux des ressources utilisées, en particulier ceux associés à leur extraction et exploitation.
  2. L'éco-conception : prendre en compte les impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie d’un produit et les intégrer dès sa conception.
  3. L’écologie industrielle et territoriale : mettre en synergie et mutualiser entre plusieurs acteurs économiques les flux de matières, d’énergie, d’eau, les infrastructures, les biens ou encore les services afin d’optimiser l’utilisation des ressources sur un territoire.
  4. L’économie de la fonctionnalité : privilégier l’usage à la possession, vendre un service plutôt qu’un bien.
  5. La consommation responsable : prendre en compte les impacts environnementaux et sociaux à toutes les étapes du cycle de vie du produit dans les choix d’achat, que l’acheteur soit public ou privé.
  6. L’allongement de la durée d’usage des produits par le recours à la réparation, à la vente ou à l’achat d’occasion, par le don, dans le cadre du réemploi et la réutilisation.
  7. Le recyclage vise à utiliser les matières premières issues de déchets.
     
  • Le concept d'économie circulaire a officiellement fait son entrée dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 18 août 2015 (Code de l'environnement, article L.110-1-1). La transition vers une économie circulaire est devenue un objectif national et l’un des piliers du développement durable. 

    La loi contient d’importantes avancées en matière de production durable (interdiction des sacs plastiques, pénalisation de l’obsolescence programmée…) et de consommation durable (lutte contre le gaspillage alimentaire…) ainsi que des objectifs structurants sur la prévention et la gestion des déchets. Publiée le 23 avril 2018, la feuille de route économie circulaire propose de passer à l’action en présentant des mesures et objectifs concrets. L’économie circulaire doit être une opportunité de croissance pour les entreprises notamment pour les TPE-PME. Les travaux de la feuille de route du gouvernement sur l’économie circulaire doivent aboutir à atteindre les objectifs de transition vers une économie circulaire : 

    • réduire de 10 % les quantités de déchets ménagers et assimilés, et stabiliser les quantités de déchets d’activités économiques produits en 2020 par rapport à 2010 ;
    • atteindre 65 % en 2025 de recyclage pour les déchets non dangereux non inertes ;
    • réduire de moitié la mise en décharge en 2025 par rapport à 2010 ;
    • tendre vers 100 % de plastiques recyclés en 2025 ;
    • réduire les émissions de gaz à effet de serre : économiser l’émission de 8 millions de tonnes de CO2 supplémentaires chaque année grâce au recyclage du plastique ;
    • créer 500 000 emplois supplémentaires, y compris dans des métiers nouveaux.
       
  • Comment

    passer à l’action ?

    Mon guide pratique

    Trois supports pour mieux comprendre l’économie circulaire :

    Mon plan d’action

    L’opération « TPE&PME gagnantes sur tous les coûts ! » s’inscrit dans le cadre d’une mission spéciale TPE-PME de notre partenaire l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) afin de favoriser leur transition énergétique et écologique. Leur plan d’action a un triple objectif : 

    • faire des économies,
    • gagner en rentabilité, 
    • réduire les impacts environnementaux.

    Pour participer à cette opération et bénéficier des conseils de l’ADEME, contactez votre conseiller pour faire le point sur votre situation. Il vous mettra en relation avec l’ADEME.
     

    Bonnes pratiques entreprises

    En 2015, en partenariat avec 10 organismes professionnels, l’ADEME a sélectionné, diagnostiqué puis accompagné durant une année 49 PME de toute la France, entre 20 et 250 salariés et de tout secteur d’activité (agro-alimentaire, métallurgie, bâtiment, travaux publics, plasturgie, imprimerie, hôtellerie-restauration) dans le cadre de l’opération « TPE&PME gagnantes sur tous les coûts ! ».

    Retrouvez les 60 fiches présentant une action (matières ou énergie) réalisée par une entreprise ainsi que 12 fiches plan d’actions.