Actualité

<- retour vers Actualités

Handicap : Le point sur les obligations des entreprises


L’obligation d’emploi de 6% de travailleurs handicapés, pour les entreprises de plus de 20 salariés, peut être remplie de différentes manières qui peuvent s’articuler ensemble :

  • L’emploi direct ;
  • L’accueil de personnes handicapées en stage ou en période de mise en situation en milieu professionnel ;
  • La sous-traitance auprès des secteurs adapté, protégé ou de travailleurs indépendants handicapés ;
  • L’accord de groupe, d’entreprise ou d’établissement ;
  • Le versement d’une contribution à l’Agefiph.

Si l’emploi direct est  la solution à même de faire baisser le taux de chômage des travailleurs handicapés, un des freins au recrutement souvent évoqué est celui de la peur de la baisse de performance.  AGEFOS PME a interrogé Handicall, entreprise adaptée adhérente dont 80% des salariés sont reconnus travailleurs handicapés. Maud Laporte, responsable développement RH, partage ici l’expérience d’Handicall  sur deux sujets : le maintien dans le poste et la compétitivité.

Créé en 2004, Handicall comprend aujourd’hui 200 collaborateurs sur 5 sites. Handicall se positionne sur différentes typologies de missions : service clients, recouvrement, prise de rendez-vous, qualification de fichiers, back office... Le groupe assure des prestations de relation clients pour le compte des plus grandes entreprises françaises. Par sa structure adaptée, Handicall a une obligation avec la DIRECCTE de recruter au minimum 80% de personnes en situation de handicap.

Quels sont les profils des salariés handicapés de vos équipes ?

Les handicaps de nos collaborateurs font suite à des pathologogies ou à des accidents de la vie : problème de dos, spondylarthrite ankylosante, diabète, cancer, maladie invalidante suite à un AVC, tendinite et trouble musculo-squelettique, troubles bipolaires...
Ces salariés ont été recrutés essentiellement via Cap emploi, pour des postes de téléconseillers, que ce soit en CDD, en CDI ou en contrats de professionnalisation.

Quels sont les axes de l’accompagnement professionnel que vous mettez en place ?
La première étape de l’accompagnement est la phase d’intégration. Chaque nouvel entrant est parrainé par un référent choisi en fonction de son expertise sur le poste qui doit être occupé, pour pouvoir présenter équipes et fonctionnement et répondre aux interrogations, de manière pragmatique. Cette période est aussi marquée par un temps de formation, de 3 jours à plus d’un mois en fonction du poste.

Le salarié est ensuite encadré par un manager (un manager pour 10 personnes). L’encadrement est basé sur un fonctionnement par palier : Des objectifs concrets, sur des délais courts,  sont fixés et posés par écrit afin que la progression puisse être évaluée lors d’entretiens organisés avec le manager de manière trimestrielle et annuelle. Les objectifs et les attentes sont définis en fonction de chaque personne mais ont tous pour but de répondre aux deux certifications que détient l’entreprise, le certificat ISO9001:2008 sur l’ensemble du groupe ainsi que la certification de service NF EN 15838 Centres de contact clients.

La formation est un autre axe de l’accompagnement : pour les salariés, nous visons  la montée en compétence, par exemple par la VAE. 9 salariés ont ainsi passé un titre de conseiller en vente à distance, avec un taux de réussite de 100%. Pour les managers, la formation assure également le développement  des compétences, qu’il s’agisse du management du handicap, ou d’autres thématiques moins spécifiques (savoir mener des entretiens, piloter une activité, motiver et fédérer une équipe…)

Quel est le suivi de la santé de vos équipes ? 

Nous agissons d’abord sur l’environnement de travail, grâce à l’aménagement qui se fait avec un ergonome. C’est un poste de dépenses important, mais fondamental. Il s’agit essentiellement des sièges, repose-pieds, repose-poignet, écrans…

L’autre champ d’action est l’aménagement des plannings : nous devons les adapter pour permettre aux salariés d’aller à leurs rendez-vous médicaux qui sont assez nombreux. C’est un point central de notre organisation.

Enfin, nous avons une assistante sociale qui vient tous les 15 jours, pour s’entretenir sur rendez-vous avec les personnes qui le souhaitent. On a souvent tendance à l’oublier, mais l’accompagnement d’un salarié handicapé passe aussi par un accompagnement social car des problèmes personnels s’ajoutent souvent au handicap et peuvent avoir un impact important.

Quelle est la plus grande contrainte que vous devez gérer ?

C’est sans aucun doute la gestion des absences. Comme les rendez-vous médicaux sont nombreux, et ne sont pas toujours prévisibles, nous devons anticiper. Par exemple, pour une mission où il faut 6 salariés, nous pouvons en prévoir 8. Cela nous permet d’assurer la satisfaction de nos clients.

Est-ce qu’il n’y a pas un impact négatif sur votre performance ?

Nous travaillons depuis longtemps pour de grands donneurs d’ordre, et ils sont satisfaits de notre action. D’ailleurs, lorsque nous comparons nos résultats avec ceux d’autres prestataires qui ont travaillé sur la même mission, nos résultats sont bien supérieurs.

En savoir plus sur Handicall : www.handicall.fr/excellence-sociale-handicall/

 

Publiée le : 16/11/2017

<- retour vers Actualités


Haut